Vous êtes ici : Accueil > Bois & Territoires > Valorisation du bois et territoires > Crise scolyte de l’épicéa

Crise scolyte de l’épicéa

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

La crise scolyte de l'épicéa en Grand Est

 

Les conditions météorologiques de l'été et de l’automne 2018 cumulées aux effets de la tempête Eleanor ont provoqué une explosion des populations de scolytes de l’épicéa (Ips typographus) entrainant ainsi le dépérissement de plusieurs centaines de milliers d'arbres.

 

Cette crise concerne l’ensemble des pays européens et pour le Grand Est les gestionnaires estiment à plus de 600 000 m3 les volumes de bois scolytés soit près de 30 % de la récolte annuelle de résineux blanc.

Les pertes financières sont déjà énormes pour la filière forêt-bois et les conditions météorologiques du printemps et de l’été 2019 vont être primordiales en particulier au niveau de la pluviométrie et des températures quant à l’évolution des dégâts. Néanmoins, on peut d’ores et déjà s’attendre à des attaques sur les secteurs déjà touchés en 2018.

Gestion des peuplements touchés

Il est primordial de détecter et sortir rapidement les bois scolytés des forêts, comme le préconise le Département Santé des Forêts et ce afin d’éviter les propagations et de préserver la valeur qui reste dans les peuplements. En ce qui concerne les reboisements et face aux changements climatiques, il est aussi important de diversifier les essences : les peuplements mélangés résistent mieux aux aléas sanitaires et climatiques et offrent une meilleure résilience.

 

 

Le Département Santé Forêt, le CRPF et les conseillers forestiers des Chambres d’agriculture, pour leurs secteurs d’intervention, apportent leurs conseils en matière de gestion possible des peuplements et pour trouver des solutions au mieux de l’intérêt des propriétaires et de la filière bois.

L’arrivée sur le marché de ces volumes significatifs de bois scolytés déstabilise fortement la filière et a des conséquences pour tous les acteurs. Au total, l’impact financier sur la filière forêt-bois du Grand Est et de Bourgogne-Franche-Comté s’élève déjà à environ 71 millions d’euros.